Skip to content

Vivent les congés payés !

31/07/2017
by

==============================================================

les positions des composantes du FdG à propos des élections législatives sur le Grand Besançon et dans le Doubs

02/06/2017
by

Communiqué des citoyen(ne)s engagé(e)s dans le FdG suite à la consultation des membres de ce groupe:


Position du PCF  sur  les 5 circonscriptions du Doubs

La position du PCF dans la première et deuxième circonscriptions  du Grand Besançon

Soutien  à Barbara Romagnan députée sortante « frondeuse  » dans la première circonscription et bien sûr à Christophe Lime candidat PCF/FdG dans la seconde circonscription .

Cliquez sur les documents pour les agrandir

———————————————————————————-

Position d’Ensemble!  sur  les 5 circonscriptions du Doubs

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

 

 

 

Soutien aux prisonniers politiques palestiniens

13/05/2017
by

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Rassemblement unitaire contre le Front National à Besançon

02/05/2017
by

Rassemblement unitaire contre le Front National 

Mercredi 3 mai à 17 h

Place de la révolution à Besançon.

Appel à un rassemblement unitaire contre le FN

“Nous, citoyens et citoyennes, ne pouvons nous résoudre à ce que la représentante d’un parti conservateur, réactionnaire, raciste, anti-européen, prônant des valeurs de repli sur soi et de la haine des autres, accède au pouvoir.

Nous, citoyens et citoyennes, ne pouvons nous résigner à renoncer à la solidarité, à la liberté, à l’égalité et à la fraternité. Nous refusons que la laïcité devienne un instrument de pression et de rejet entre les mains de Marine Le Pen.

Marine Le Pen et le Front National sont aux portes du pouvoir. Nous ne pouvons nous y résoudre en restant spectateurs et spectatrices de ce qui serait un désastre pour toutes les générations à venir, et appelons au rassemblement dès aujourd’hui.

Nous n’acceptons pas la présence banalisée au second tour d’un Front National qui dépasse désormais les 20%. Alors qu’en 2002, les partis, les médias et toute la société civile sous le choc s’étaient dressés contre le Front National ; force est de constater qu’en 2017 la résignation a remplacé la colère et la mobilisation. Cette situation est dangereuse.

Nous, citoyens et citoyennes, appelons tous-tes les républicain-e-s de France à se réveiller et à se rassembler contre Marine Le Pen !

Ne nous résignons pas ! Faisons (ensemble) barrage au FN ! »
Signataires: EELV, PC, PS, MJS, Jeunes Ecolos, Ensemble!, MRC, Osez le féminisme  25,  France Palestine Solidarité de Besançon et de sa région,  FSU, la CGT, SNUipp-FSU, MRAP

 


 

A Besançon le 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes!

03/03/2017
by

Rappel, les associations et syndicats du Doubs appellent à une une grande manifestation pour les droits des femmes, le 8 mars.
RDV à 16H sur l’esplanade des droits de l’Homme, ob_b74d54_femmes
place de la Mairie à Besançon.

le site du 8mars15h40 : http://8mars15h40.fr/

Le 8 mars, ce n’est pas la journée de LA femme, où nous offrir des fleurs ou des produits de beauté, c’est la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. En 2017, la mobilisation est plus que jamais nécessaire face à ceux qui en France, comme aux États Unis, en Russie, en Pologne ou encore en Turquie veulent remettre en cause nos droits et libertés.

En France, les femmes sont toujours payées 26% de moins que les hommes et arrêtent chaque jour d’être payées à 15h40. Nous refusons de continuer à travailler gratuitement, d’être enfermées dans les temps partiels, de ne pas avoir de perspective de carrière ou d’être confrontées à des violences sexistes et sexuelles.

A la veille de l’élection présidentielle, faisons entendre les exigences des femmes qui représentent 52% de la population.

Le 8 mars 15h40, toutes et tous en grève!

Un appel de syndicats, associations féministes, ONG et organisations de jeunesse

Syndicats
CGT, FSU, Solidaires

Associations féministes
Alliance des Femmes pour la Démocratie, Association Nationale des Études Féministes, Collectif Libertaire Anti-Sexiste, Collectif 52, Collectif Georgette Sand, Collectif National pour les Droits des Femmes, Collectif Tenon, Coordination des Associations pour le Droit à l’Avortement et la Contraception, Fédération Nationale des Femmes Africaines de France et d’Europe, Femen, Femmes Solidaires, Féministes plurielles, Femmes Egalité, Femmes ici et ailleurs, Femmes Migrantes Debout, La Brigade antisexiste, Les effronté-e-s, Les Glorieuses, Ligue des Femmes Internationale pour la démocratie, Marche Mondiale des Femmes, Nuits Féministes, Osez Le Féminisme, Paye ta Shnek, Les Chiennes de Garde, Le Mouvement des Femmes Kurdes en Europe, Le Planning Familial, Une Femme Un Toit, Réseau Féministe Rupture, SKB. 

Organisations de jeunesse et ONG
ATTAC France, MNCP, UNEF, UNL

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Portraits de femmes de la région en lutte: Cliquez sur l’image pour voir la vidéo

conf-paysanne-montbeliard-2

Réalisée par Christian Tourneret

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

 

A Montbéliard des militants en nombre pour soutenir Dominique Henry!

13/01/2017
by

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Dernière minute:

Après le très grand succès de la journée  de solidarité du 12 janvier où plus de 300 personnes se sont réunies pour défendre l’agriculture paysanne et dénoncer la répression antisyndicale et contre touTEs les résistantEs, le Collectif de soutien vous appelle à accompagner Dominique le 19 janvier  et à être à ses côtés lors du rendu du jugement :

Rendez-vous devant la Cité judiciaire de Montbéliard (quartier de la Petite Hollande, rue Mozart) à 13h30

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

C’est forte du soutien de nombreux militants syndicaux, politiques, associatifs que Dominique Henry s’est rendue en début d’après midi au tribunal de Montbéliard  pour comparaitre en raison de son refus de prélèvement d’ADN , véritable atteinte à la vie privée d’une militante. C’est aux cris de « MILITANTE  pas DELINQUANTE  » que le cortège est parti de la salle Jules Verne  pour se diriger vers le tribunal. Dans la matinée, c’est dans cette salle que des responsables de la Confédération  Paysanne, du collectif de soutien de Franche-comté, de la CGT, d’Alternatiba, de Charles Piaget, un syndicaliste agricole venu de Suisse, un généticien et l’avocate de Dominique ont tous soulignés la justesse de son combat et la dérive vers la criminalisation inadmissible de l’action syndicale. Le jugement sera rendu la semaine  prochaine. Tous espèrent la relaxe! l’ après-midi  a été consacrée à l’agriculture, à la filière laitière et à l’alimentation avec la Confédération Paysanne ainsi qu’aux enjeux actuels dans l’industrie avec une intervention de la CGT.

 

Quelques photos de la journée réalisées par Christian Tourneret : cliquez pour les agrandir

 

Article paru dans l’EST REPUBLICAIN  du 13 janvier

genetiquement-incorrect

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

 

Avec Dominique Henry contre la criminalisation de l’action syndicale

10/01/2017
by

Article paru dans l’Est Républicain  le 10/01/2017

Dominique Henry, la militante paysanne du Haut-Doubs, refuse de donner son ADN

Agricultrice du Haut-Doubs à la retraite, Dominique Henry comparaît jeudi à la barre du tribunal correctionnel de Montbéliard.

Faut pas se fier à la candeur de ses yeux bleu vert. On y lit une belle humanité. Aussi une ténacité de pitbull chez cette fervente défenseuse de l’agriculture paysanne. Pour Dominique Henry, les « usines à vaches » comme elle les appelle, où les bêtes « amorphes » sont traites à la chaîne par des hommes robotisés, « c’est juste insupportable ? ».

Institutrice pendant vingt ans d’abord, agricultrice avec son mari Jean-Paul à Grand’Combe-des-Bois près du Russey ensuite, Dominique Henry, 60 ans, est raccord avec ses convictions. Militante active à la Confédération paysanne, elle participe au printemps 2014 au démontage de la salle de traite de la ferme des 1.000 vaches dans la Somme. « Une action symbolique et pacifiste pour alerter l’opinion sur ces vaches élevées en batterie comme les poulets ». Quatre de la soixantaine de militants engagés sur cette opération sont interpellés. Dominique Henry est de ceux-là. Garde à vue. Procès en comparution immédiate. En appel, les quatre mois de prison avec sursis sont transformés en 3.000 € d’amende avec sursis. Mieux. Les quatre militants obtiennent le statut de lanceur d’alerte au motif, selon le juge, qu’ils ont agi « face à une situation sociale, sociétale et environnementale préoccupante ». Demeure une infraction au sujet de laquelle, Dominique Henry ne désarme pas.

Au procès de 2015, elle est condamnée à 300 € d’amende pour avoir refusé de se soumettre au prélèvement d’ADN. Affaire close ? Pas vraiment. Courant 2016, elle est convoquée à la gendarmerie du Russey. Qui entend récupérer son empreinte génétique. C’est non. « Je suis une militante, pas une délinquante. Une femme profondément honnête qui a agi dans la Somme pour le bien commun. Cet ADN, il m’a été donné par mes parents, a été transmis à mes 4 enfants. C’est personnel, un ADN. Ça raconte intimement la vie d’une personne. Il m’est juste impossible d’imaginer que mon ADN soit mélangé à celui de tueurs, de délinquants sexuels ». Au-delà, Dominique Henry fait de son affaire personnelle, un combat collectif. La Franc-Comtoise se bat contre le fichage des militants « car nos gênes se retrouvent pour 40 ans dans des banques de données dont nous n’avons aucune certitude quant à leur utilisation future. Nous ne sommes pas des terroristes. Ce n’est pas neutre pareil fichier. Surtout en ces temps troubles et hypersécuritaires ». Ce fichage à une « triste » et « sombre » résonance pour Dominique Henry. Elle pense aux communistes, homosexuels, résistants, tziganes fichés par le gouvernement de Vichy… Et les suites que l’on sait. Instauré en 1998, le fichier automatisé des empreintes génétiques concernait exclusivement les délinquants sexuels avant d’être élargi en 2003, par le ministère de l’Intérieur à ceux et celles qui passent par la case garde à vue. Sauf, bizarrement, aux délinquants en col blanc et consorts soupçonnés d’abus de biens sociaux, d’escroqueries, etc. Pour ce refus de prélèvement, Dominique Henry est poursuivie le 12 janvier à Montbéliard. La mobilisation s’organise pour soutenir la militante paysanne qui, à la barre, citera pour témoin, un généticien.

« Je ne veux pas que mon empreinte génétique soit mélangée à celle des tueurs, des criminels sexuels »

Françoise JEANPARIS

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

La FSU (03 81 81 20 84), le PCF (09 77 31 71 26) , Le groupe des citoyens engagés dans le Front de Gauche (06 48 10 17 56)  organisent des co-voiturages  jeudi matin

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Le soutien des organisations syndicales et politiques

tract-soutien-d-henry21

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦