Skip to content

Manifestation contre les méthodes utilisées par la police de Besançon!

24/03/2016
by

https://youtu.be/sTcvYvG1MRM

http://france3-regions.francetvinfo.fr/franche-comte/doubs/grand-besancon/y-t-il-eu-des-violences-policieres-hier-besancon-959997.html

Urgent et important

A l’appel du Front de Gauche, de la CGT, de la FSU, de SUD et des organisations étudiantes, un rassemblement est organisé le vendredi 25mars à 13h devant la préfecture pour protester contre les méthodes utilisées par la police de Besançon, à l’encontre des étudiants et des militants (responsables) de la CGT qui manifestaient contre la loi Elkhomri/Valls.
On ne peut que s’interroger sur le fait que les provocations policières se multiplient à quelques jours du 31 mars, date de la grande journée de mobilisation contre la loi.
Que cherche les autorités ? sans aucun doute à faire peur et discréditer le mouvement qui ne faiblit pas , au contraire !.

Voir l’article de ma commune.info ci- dessous :
Manifestation houleuse devant le commissariat pour soutenir un étudiant en garde à vue
Publié le 24 mars 2016 à 19:48Mis à jour le 24 mars 2016 à 20:51

Plusieurs dizaines d’étudiants ont manifesté en fin d’après-midi ce jeudi 24 mars 2016 pour soutenir un étudiant interpellé vers 17h à proximité de la mairie de Besançon. Ce dernier a été placé en garde à vue après son intrusion dans l’enceinte du lycée Pasteur le 17 mars 2016 à l’occasion de la manifestation contre la loi du travail. Vers 19h, les policiers ont délogé les manifestants.
Le 17 mars 2016, plus de 500 manifestants, principalement des étudiants, se sont mobilisés dans les rues de Besançon pour réclamer le retrait de la loi El-Khomri sur le travail. Les étudiants avaient tenté de motiver les lycéens de Pergaud, mais aussi de Pasteur. Devant ce dernier établissement, le proviseur avait été bousculé alors que les étudiants tentaient d’entrer dans le lycée.
Un d’eux en aurait profité pour s’introduire dans l’établissement. C’est pourquoi il aurait reçu une convocation à laquelle il ne se serait pas présenté. Les policiers l’ont donc interpellé en fin d’après-midi vers 17 à proximité de la mairie de Besançon par des policiers de la Bac. Les jeunes communistes du Doubs parlent d’une interpellation « brutale ». « Nous sommes étonnés qu’un fait aussi peu grave conduise à une arrestation dans ces conditions… »
Aussitôt, un mouvement de soutien s’est déclenché. Plus d’une trentaine d’étudiants s’est rassemblée devant le commissariat de Besançon pour demander de « libérer » leur camarade. Ils expliquent que l’étudiant placé en garde à vue n’aurait pas reçu la convocation.
En raison du plan VIGIPIRATE, les policiers ont entrepris de déloger les manifestants peu avant 19h. Selon un manifestant, ils sont intervenus « à coup de matraques et de gaz lacrymogène ». Deux manifestants ont été interpellés et placés en garde à vue pour violences et rébellion. D’après les organisateurs il s’agirait du secrétaire général de l’UD CGT du Doubs et d’un étudiant, membre de Solidaire étudiant-e-s. La police n’a pas confirmé ces identités.
Dans la matinée, plus de 450 étudiants s’étaient rassemblés à la facultés de lettres avant de défiler dans les rues de Besançon pour s’opposer à la loi sur le travail.


 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s